Booster son trafic grâce la longue traîne [Étude de cas]

Plongez dans notre étude de cas pour découvrir comment booster votre trafic organique en utilisant les mots-clés de longue traîne intelligemment.

Avec l’essor de la recherche vocale, les stratégies de longue traîne sont à la mode. A travers une étude de cas, nous vous dévoilons comment vous pourriez structurer vos articles en utilisant intelligemment les mots-clés de longue traîne. Une technique payante qui pourrait bien vous permettre de faire monter en flèche votre trafic organique !

Qu’est-ce qu’un mot-clé de longue traîne ?

Dans le jargon du référencement naturel, un mot-clé de longue traîne désigne une requête constituée d’au moins trois mots et générant relativement peu de recherches mensuelles. Les mots-clés de longue traîne s’opposent aux mots-clés génériques, très concurrentiels car recherchés des milliers de fois par mois dans les moteurs de recherches.

Prenons un exemple concret. La requête « cuisine » recherchée environ 201 000 fois par mois selon Yooda Insight est une requête générique. A contrario, « cuisine équipée blanche pas chère » recherchée environ 10 fois par mois toujours selon Yooda Insight est une mot-clé de longue-traîne.
Pourquoi la longue traîne est-elle primordiale dans une stratégie SEO ?
​​​​​​​

Selon une étude publiée sur le site MOZ, les mots-clés de longue traîne représenteraient plus de 70% du trafic sur les moteurs de recherche !


Comme évoqué précédemment, ce type de requêtes que nous pourrions qualifier de « secondaires » présente aussi l’immense avantage d’être nettement moins concurrentiel. D’après vous, sur quel mot-clé avez-vous le plus de chance de vous positionner : « cuisine » ou « cuisine équipée blanche pas chère » ?

Et si la longue traîne représente environ 70% des recherches des internautes, elle représente également une grosse majorité du trafic organique de tous les sites, comme nous le verrons dans notre étude de cas.

Autre avantage non négligeable de la longue traîne, le pourcentage très élevé qu’elle offre en terme de taux de clic (CTR).
​​​​​​​
Selon une étude publiée sur le site keacrea.com, les mots-clés de plus de trois mots afficheraient un taux de clic de 52%. Mieux encore, les requêtes de cinq mots connaîtraient un CTR de 65% !

Rien de réellement surprenant au final puisqu’en répondant très précisément à une question et en le faisant savoir dans votre title, l’internaute saura qu’en cliquant sur votre site dans les SERP, il aura la réponse à sa question.

De son côté la requête « cuisine » peut sous-entendre tellement de choses qu’il est difficile d’obtenir un taux de clic élevé sur ce genre de mot-clé générique.

Notez également qu’avec le développement de la recherche vocal, les requêtes se posent de plus en plus sous forme de phrases, et de moins en moins sous forme de mots-clés. Lorsque l’on s’adresse à son assistant vocal, on ne s’exclame pas « météo » comme nous pourrions l’écrire sur Google, nous structurons plutôt une phrase du type « quel temps fait-il aujourd’hui ? ».

Une requête de longue traîne en soit.

Sachez enfin que la longue traine peut vous aider, en amont, à structurer une idée d’article que vous avez en tête. Voici comment vous y prendre.

Comment structurer un article grâce à la longue traine ?

Prenons un exemple concret si vous le voulez bien.
Il y a quelques mois de cela, j’avais pour mission d’élaborer une structure d’article pour un papier dont le thème était les « cuisines noires ».
En utilisant Yooda Insight, un outil payant générateur de mots-clés (vous pouvez tout aussi bien utiliser UberSuggest qui est totalement gratuit), j’ai alors recherché mon mot-clé principal qui tombait sous le sens : « cuisine noire ».
L’outil m’a alors révélé que ce dernier était recherché 9 900 fois par mois, ce qui l’exclut de la catégorie « longue traîne ».
En observant la liste des mots-clés sémantiquement proches de ma requête principale, je me suis alors aperçu qu’il existait de nombreuses variantes à mes cuisines noire auxquelles je n’aurais jamais pensé instinctivement. Voici une liste non-exhaustive des autres requêtes trouvées lors de mon analyse :
 
- Cuisine noir mat : 2 900 VRM (volume de recherches mensuelles)
- Cuisine noir laqué : 390 VRM
- Cuisine grise et noire : 210 VRM
- Cuisine noir et bois : 14 800 VRM
- Cuisine inox et noir : 90 VRM* (les mots-clés sont retranscrits tels qu’ils sont tapés sur Google par les internautes, avec les fautes d’orthographe donc...)
 
Une fois cette liste sortie, il ne me restait plus qu’à demander à la journaliste qui allait rédiger l’article sur les cuisines noires de découper le papier avec des sous-titres (balises H2) reprenant les mots-clés de longue traîne dénichés sur Yooda Insight. Et c’est exactement ce qu’elle a fait :

Voyons à présent les résultats obtenus par cet article !

Les résultats d’une stratégie de longue traîne

Lorsque l’on regarde les mots-clés sur lequel se positionne l’article sur les cuisines noires, on se rend alors compte qu’il se place très bien sur la requête principale visée, mais également sur les requêtes secondaires de longue traîne :


Nous retrouvons bien dans cette liste les notions de « laqué », « noir et bois », « noir mat », « inox et noir » que nous avons intégré dans les H2 de notre article.
Au total, selon Yooda Insight, l’article se positionne sur 171 mots-clés en top 10 de Google et génèrerait environ 3 607 visites organiques mensuelles (trafic venu de Google).

Si l’on retire les 931 visites mensuelles que génèrerait le mot-clé principal, il resterait 2 676 visites, soit environ 75% du trafic total de la page. Les mots-clés « secondaires » de cet article représenteraient donc les trois quarts de son trafic organique. Merci la longue traîne !

Conclusion

Comme vous le savez peut-être, un article ne se positionne que très (très) rarement sur un seul mot-clé. Si nous avions rédigé un article sur les cuisines noires sans une analyse SEO en amont, nous aurions certainement positionné notre article sur des mots-clés très proches de notre requête principale comme « idée cuisine noire » ou « cuisine couleur noir », mais jamais sur les requêtes secondaires listées ci-dessus.

En vous servant intelligemment des mots-clés de longue traîne, vous trouverez naturellement une structure pour votre article. Une structure qui vous permettra de vous positionner plus facilement sur d’autres mots-clés et ainsi de générer davantage de trafic organique.
Souvenez-vous, une grande majorité de votre trafic SEO provient de la longue traîne. C’est la raison pour laquelle vous devez y accorder une importance capitale en élaborant en amont une structure d’article qui repose en partie sur les requêtes secondaires.
​​​​​​​
Article rédigé par Thibault Rabeux - Site webchaine Youtube.

Vous souhaitez en savoir plus sur le webmarketing ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires par www.ckc-net.com, éventuellement avec d’autres données vous concernant, afin de permettre l’élaboration de statistiques en vue de l’amélioration du site et vous permettre de partager du contenu sur les réseaux sociaux.
En savoir plus - Paramétrer mes cookies